Psy, quelles différences ?

psy

 

Le mot « psy » est largement utilisé dans notre jargon et pourtant il ne nomme pas les mêmes métiers. Nous sommes nombreux à ne pas savoir distinguer les différences entre ces diverses professions du domaine de la psyché. Cet article vise à offrir un peu de clarification.

 

 

 

Les psychiatres :

Les psychiatres sont des médecins spécialistes en psychiatrie.Le psychiatre soigne généralement les personnes présentant une maladie mentale du type psychose (paranoïa, schizophrénie) ou des états dépressifs nécessitant un traitement médicamenteux.

Le diplôme de psychiatre s’obtient après un doctorat de médecine générale suivi d’une spécialisation en psychiatrie, plus d’une dizaine d’année d’étude à l’université de médecine.

Les psychiatres ont le pouvoir de prescrire des traitements sur ordonnance. La consultation est remboursée par la sécurité sociale au même titre que les autres médecins.

 

Les psychologues :

Il existe plusieurs spécialités : psychologue du travail, psychologue scolaire, psychologue clinicien-ne, psychologue en libéral. Selon sa formation, il ou elle utilise des méthodes d’intervention spécifique basée sur des approches théoriques variées.

Les psychologues ont un certain bagage de connaissance sur la psychologie. Il faut un diplôme universitaire de cinq ans jusqu’à obtenir un master 2 de psychologie. La formation porte notamment sur l’étude du fonctionnement biologique du cerveau, sur les symptômes liés aux psychopathologies et troubles mentaux, sur les tests et outils de diagnostics, etc.

Il est possible d’avoir une prise en charge par la sécurité sociale en consultant dans des établissements publics (hôpitaux, centre médico-psychologique).

Il n’y a cependant pas de prescription médicamenteuse.

 

Les psychanalystes :

La psychanalyse vise à écouter la personne et à interpréter pour elle le sens des associations libres qu’elle fait durant la séance afin de l’aider à comprendre le fonctionnement de son inconscient. Les entretiens peuvent se dérouler sur un divan ou en face à face. Une psychanalyse dure généralement plusieurs années.

Les psychanalystes ont une formation théorique et pratique. Chaque psychanalyste doit avoir effectué une analyse personnelle lui permettant de bien comprendre les mécanismes de son propre inconscient. Parallèlement, la formation se fait dans des écoles privées en fonction du courant psychanalytique choisi (courants freudiens, lacanien, jungien, adlérien, etc.).

Cependant aucune disposition légale ne réglemente la pratique de la psychanalyse en France.

 

Les  psychopraticiens ou psychopraticiennes :

Le terme « psychopraticien » succède à l’ancienne appellation « psychothérapeute » avant que celle-ci ne soit devenue un titre réservé. Aujourd’hui ce nouveau terme est utilisé pour regrouper tous les professionnels pratiquant la psychothérapie, c’est-à-dire formés à l’accompagnement psychothérapeutique.

Pour pratiquer la psychothérapie, il faut répondre à plusieurs critères :

  • Avoir validé une formation en psychothérapie au sein d’une école enseignant la pratique d’une ou de plusieurs méthodes thérapeutiques (L’approche centrée sur la personne, la psychologie analytique, l’Analyse Transactionnelle, la Programmation Neuro-Linguistique),
  • Avoir effectué une psychothérapie personnelle afin de pouvoir accompagner au mieux les personnes dans leurs difficultés,
  • Superviser sa pratique professionnelle.

Les psychopraticiens et psychopraticiennes sont des spécialistes de l’écoute, de l’accompagnement psychothérapeutique.

Je suis pour ma part psychopraticienne dans l’approche centrée sur la personne.

 

Les psychothérapeutes :

Peuvent utiliser le terme de « psychothérapeute » : les psychiatres, les psychanalystes et les psychologues ayant effectué en supplément une formation de psychothérapie.

Depuis la loi d’août 2009 et le décret de mai 2010, le terme de psychothérapeute est donc protégé. Avant cette loi, les psychopraticiens se nommaient également psychothérapeutes. Ce n’est plus possible désormais. Sauf pour celles et ceux qui pratiquaient déjà depuis cinq avant cette loi et qui sont passés devant une commission. De nombreuses fédérations de psychothérapie travaillent pour pouvoir faire reconnaître de nouveau leur profession de psychothérapeute auprès de l’état sans pour autant devoir détenir un master de psychologie, un doctorat en psychiatrie ou une formation en psychanalyse (dont le diplôme n’est pas reconnu par l’état, nous sommes ici  face à une incohérence de la réforme).

 

Categories: Psychothérapie Humaniste